MUST HAVE CUIR FEMME AH 21/22 : Sacs et chaussures

03/11/2020

Une envie insatiable de fantaisie s’empare de la saison AH 21/22.

Pas question de se plonger dans l’uniformisation : tactile et visuelle, l’opulence se déploie avec sensualité et détermination sur les sacs et chaussures de la saison et infuse les formes, couleurs et matières. Une façon également de surprendre, d’éveiller la sensorialité et d’affirmer avec insouciance le formidable potentiel de la créativité pour amorcer les changements essentiels aux saisons futures.

CHAUSSURES

Opulente générosité

Les chaussures Femme de la saison se construisent autour de volumes généreux et volontiers surdimensionnés. Carènes massives, bouts ronds bufflés ou élancés et pointus, les formes géométriques se déclinent avec précision pour proposer des chaussures hautement architecturées.

Les boots et derbies aux lignes épurées s’accompagnent de beaux cuirs élégants, comme des veaux glacés ou box calf, et l’exubérance s’exprime autour du travail des semelles. En version plateforme ou talons décrochés, elles osent la démesure – elles sont crantées, amplifiées, leur texture granuleuse ou lisse et mate – mais s’associent à une légèreté surprenante, gage de confort assuré.

Les escarpins affichent des bouts pointus minutieusement aiguisés. Les cuirs d’agneau très fins rendent grâce à l’uniformité parfaite de coloris tranchés et assumés.

La souplesse des cuirs permet d’épouser le pied comme une seconde peau bienveillante qui met en valeur la cambrure d’un pied subtilement dégagé par des découpes asymétriques.

Les mocassins s’inspirent du design industriel : ils prennent de la hauteur et se revisitent avec des bouts carrés. Les cuirs exotiques ou les cuirs de vachette colorés et embossés version reptile – lézard, croco, serpent – apportent une surprenante hybridation des genres et oscillent entre kitsch revendiqué et excentricité maîtrisée.

Accumulation ostentatoire

L’accumulation de bijoux, à l’ostentatoire opulence pleinement assumée, s’avère une piste intéressante pour revisiter les classiques. Les mocassins à la ligne sobre, en cuir de veau grainé de couleurs, revendiquent leur impertinence et s’encanaillent d’imposantes chaînes dorées et martelées ou encore de bijoux aux multiples pierres inopinément accumulées détournant ainsi l’accessoire de sa fonction première.

Les boucles maximalistes travaillées en nouveaux PVC recyclés ou matières composites agrémentées de discrètes pépites ou inclusions scintillantes, évoquent une précieuse minéralité et représentent un axe à la fois créatif et innovant pour répondre aux attentes de produits éco-conçus au clin d’œil vintage jamais passéiste.

D’inspiration plus historique, des bottes hautes de flibustière se déclinent sur des cuirs précieux. Dorés ou cuivrés, ils se parent de décors ornementaux plus ou moins alambiqués ou se froissent pour provoquer des irrégularités de reflets qui attisent l’œil et le toucher.

SACS

Volumes augmentés

Les sacs de la prochaine saison prennent de l’ampleur et s’orientent vers des volumes exagérés. Les besaces urbaines à porter en bandoulière se construisent dans des cuirs d’agneau très souples, affinés à l’extrême, et qui étonnent par leur poids plume malgré leur belle rondeur. Tels de doux papiers satinés, ils évoquent des sortes de ballons joufflus à l’allure gourmande et régressive prêts à laisser le vent s’engouffrer.

Dans des versions plus épurées, les maxi shoppers travaillés dans des cuirs costauds mais souples, se musclent d’accessoires – pattes, bandoulières – qui prennent des proportions démesurées. Les boucles et fermoirs métal misent sur la rondeur généreuse et les chaînes constituées de plastique recyclé ou biodégrable semblent gonflées à bloc de l’intérieur. Les anses s’entrecroisent, se tordent et se distordent pour dégager un certain confort dodu.

En cuir très souple ou en polyamide déperlant, les matelassages s’envisagent laqués, irisés, ornementés et jouent l’originalité dans les motifs et les matières. Les rembourrages accentuent la rondeur du volume des sacs bowling et rappellent le confort et la protection d’une doudoune oversized dans laquelle on a envie de se lover. Un esprit cocon que l’on retrouve également dans l’utilisation de fourrure aux poils extravagants et douillets. Ultra longues, frisées et colorées, ces toisons ébouriffées et vaporeuses assument leur légèreté et s’affichent sur des sacs qui jouent la carte de la candeur juvénile et insouciante.

Sac bijoux

Dans des versions plus sophistiquées, les sacs réduisent leur volume à leur strict minimum et se parent de détails opulents amoncelés à leur surface. Des néo-minaudières ou formes bourses proposées dans des cuirs à la surface lisse ou en épais satin de soie à la couleur franche et uniforme s’accompagnent de volants, de plis et nœuds outranciers pour structurer des volumes hautement expressifs.

Tels de véritables grigris urbains, de minuscules sacs destinés à leur simple usage, porte cartes, miroir, porte écouteurs, s’assemblent autour du coup et deviennent les pendentifs chics des soirées festives.

Des accumulations drôles de bijoux détournés et autres broches de fleurs opulentes ou pierres précieuses extravagantes signent les formes pochette ou seau de la saison.

 

Les sacs et chaussures Femme de la saison AH 21/22 célèbrent l’opulence avec vigueur et trouvent dans l’exagération des volumes, des formes et des détails l’extravagance nécessaire pour exprimer avec véhémence la volonté d’échapper à toute ennuyeuse standardisation.

Retrouvez également notre article sur les Must Have Homme sacs et chaussures.

Partager
La Marketplace Première Vision