STYLE FOCUS TAILORING HOMME : formes et matières

16/11/2020

L’Homme de l’AH 21/22 ne se résigne résolument pas à choisir entre élégance, performance et confort.

Décontraction du Tailoring, précision des coupes urbaines et technicité du sportswear, le vestiaire masculin cultive avec optimisme l’ambivalence qui infuse tous les axes créatifs de la saison. En opérant un jeu savant entre formes et matières, il parvient à renouveler ainsi l’esthétisme du citywear tout en répondant aux aspirations induites par les nouvelles mobilités urbaines.

Retrouvez les formes et les matières incontournables pour construire vos collections Tailoring pour la saison AH 21/22.

Tailoring performant

L’idée de s’armer d’élégants manteaux pour braver les intempéries sur son vélo et sa trottinette sans sacrifier son style s’avère plus que séduisante.

Comme pour assurer une bienveillante protection, les doudounes prennent de l’ampleur, et se sophistiquent avec des padding inventifs et des volumes plus city.

Légères et gonflantes, elles s’affichent dans des polyamides déperlants et down proof, lamés ou laqués, à la brillance affirmée. Les contrastes de couleurs forts et les décors sur les matelassages apportent une touche de fantaisie personnalisée.

Les trenchs en cuir s’installent en alternative chic. La coupe est précise, les accessoires métalliques épurés et fonctionnels sont empruntés au design industriel. Les doublures fines et thermiques sont amovibles, et les cuirs d’agneau stretch, à l’uniformité chromatique parfaite, revendiquent fièrement leur facilité d’entretien ou encore leur imperméabilité.

 

Sous ces protections élégantes urbaines, des tailleurs pantalons adoptent une coupe structurée, avec revers, allant parfois jusqu’à un esprit seconde peau requérant des laines stretch pour un tomber impeccable et une aisance facilitée. Les laines mono stretch se parent de propriétés thermiques et de séchage rapide pour un usage optimisé au quotidien.

Sous une apparente formalité, les chemises arborent une coupe nette, près du corps sans le mouler. Elles se travaillent dans des denims aux aspects brut saturés d’indigo constitué de mélange coton/Lyocell dont la souplesse encourage l’ergonomie et s’adapte avec brio aux mouvements. Les shirtings plus classiques se capent de cotons respirants et traités pour résister aux tâches et aux odeurs.

Les mailles piquées, en mélange cotonnier et polyester recyclés, se dotent de propriétés climatiques et bi-stretch pour concevoir des polos conciliant praticité et esthétique de l’épure.

De grandes besaces en cuir costaud et imperméable viennent finir la silhouette. Le rendu de ces cuirs gommeux presque mats confère une touche de sportswear à des formes au design simplifié. Munis de multiples poches et rangements intérieurs, ces sacs permettent de protéger avec style les ordinateurs, tablettes, téléphones et autres appareils électriques du quotidien.

Au pied, les chaussures classiques type Chelsea ou mocassins attirent le regard par leur imposante carène et leur semelle épaisse et crantée au poids plume inégalé.

Tailoring décontracté

Parallèlement à cette influence technique, le tailoring mise sur la décontraction et s’approprie l’authenticité des matières casual sans jamais renoncer à l’élégance. Les tissus se veulent vivants et flous, comme si le temps avait œuvré avec patience pour façonner et déceler toute leur singularité.

Les classiques du genre se concentrent sur la qualité des matières et privilégient la durabilité répondant ainsi toujours plus spécifiquement aux critères d’éco conception. Les laines sont traçables, les cotons biologiques et les polyesters volontiers recyclés.

Les draperies sont anoblies notamment par l’ajout astucieux de fils moulinés bouclés ou colorés. Les laines s’associent à des fibres cellulosiques pour apporter souplesse et nonchalance.

En manteaux, les iconiques du genre – trenchs ou pardessus – se réinventent à travers des lainages Prince de Galles ou carreaux à l’aspect vieilli, froissé ou partiellement surteint.

Les formes sont boxy, légèrement surtaillées pour assoir la stature. L’usage de lainages double-face aux motifs redimensionnés dans les détails de revers cols ou poignets constitue un autre axe créatif. Parfois les formes s’emparent des codes casual tout en jouant sur des matières plus formelles. Les blousons teddy se sophistiquent grâce à des mix matières luxueux et sensuels : des cuirs d’agneaux nappa affinés à l’extrême et nubucks de couleurs contrastantes.

Ils se portent avec des pantalons carotte cropped. Coupés avec précision dans des laines souples et rondes, ils prennent de l’ampleur à la taille et se finissent par un lien coulisse ou élastique pour assurer le confort.

Les chemises s’ajustent mais se décontractent grâce à des détails de surpiqures contrastantes et de grandes poches poitrine à rabat clairement influencés par le workwear. Ou a contrario, elles s’envisagent oversized dans un esprit de surchemise et s’associent à un col roulé plus formel en fine maille mérinos.

Les chemises boxy d’inspiration 90’s en mélange cellulosique s’emploient à renouveler avec humour à travers des traités digitaux des all over influencés par le design de Memphis.  Un look un brin juvénile qui se peaufine avec des baskets aux lignes héritage montées dans des colorblocks de couleurs assumées et contrastantes.

 

Pleinement déterminé à s’adapter aux mutations actuelles du marché, le vestiaire city de l’Homme AH 21/22 s’amuse avec agilité et opportunisme à réinventer les codes du genre pour aboutir à des partis pris stylistiques conciliant avec brio performance, élégance et confort.

Retrouvez également les analyses Mode des Focus Style de la prochaine saison AH 21/22 ainsi que nos autres articles de conceptions-collections.

Partager
La Marketplace Première Vision